9 ingrédients naturels du rayonnement nucléaire

2024-03-21 17:13:37


Nous nous souvenons tous du tremblement de terre et du tsunami dévastateurs qui ont frappé le Japon en mars 2011 et endommagé la centrale électrique de Fukushima, provoquant une fuite de radiations dans l’environnement. Même si cela semble être il y a si longtemps, les risques pour la santé sont toujours réels et se produisent aujourd’hui.


Lorsque les eaux usées nucléaires sont rejetées dans la mer, les organismes marins sont immédiatement pollués et les isotopes migrent le long de la chaîne alimentaire. Les organismes marins, notamment les crustacés et les poissons, s’enrichiront en isotopes au fil du temps. Certains coquillages peuvent vivre des milliers d’années. Si les humains mangent des fruits de mer contaminés, cela causera des dommages incommensurables. Ces éléments radioactifs deviendront des composants des cellules humaines et les gènes humains seront endommagés, entraînant diverses maladies telles que le cancer et la tératose.


« Les éléments radioactifs dangereux libérés dans la mer et dans l'air autour de Fukushima s'accumulent à chaque étape de diverses chaînes alimentaires (par exemple, dans les algues, les crustacés, les petits poissons, les plus gros poissons, puis les humains ; ou le sol, l'herbe, la viande et le lait de vache, puis humains).


Radioactivité naturelle dans les aliments : des experts discutent de l'harmonisation des normes internationales | AIEA


9 ingrédients naturels du rayonnement nucléaire

1. Chlorelle : Une algue unicellulaire d’eau douce, la chlorelle, a retenu l’attention pour ses effets radioprotecteurs potentiels. Riche en chlorophylle et en antioxydants, il peut aider à éliminer les particules radioactives du corps.


2. Ginseng : Cette plante ancienne possède des propriétés adaptogènes qui pourraient améliorer la résilience du corps au stress, y compris le stress induit par les radiations. Sa gamme complexe de composés pourrait offrir une protection cellulaire.


3. Chardon-Marie : Grâce à son composé actif silymarine, le chardon-Marie pourrait jouer un rôle dans la protection du foie contre les dommages causés par les radiations. Ses propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes sont des acteurs clés.


4. Graines de sésame : Ces petites centrales électriques regorgent de sésamine, un composé qui peut aider à contrecarrer les dommages à l'ADN causés par les radiations. Les graines de sésame contiennent également des lignanes ayant des effets radioprotecteurs potentiels.[4]


5. Curcuma : Cette épice dorée contient de la curcumine, un puissant antioxydant connu pour ses propriétés anti-inflammatoires. Des études suggèrent que la curcumine pourrait aider à protéger les cellules des dommages induits par les radiations.


6. Thé vert : Chargé de catéchines, le thé vert est connu pour ses puissants effets antioxydants et détoxifiants. Ces composés peuvent contrecarrer le stress oxydatif provoqué par l’EMR.


7. Spiruline : Cette algue bleu-vert riche en nutriments regorge d’antioxydants comme la phycocyanine. On pense qu’il renforce les mécanismes de défense naturels de l’organisme contre les radiations.


8. Aloe Vera : Au-delà de ses bienfaits pour la peau, l'aloe vera contient des polysaccharides qui pourraient avoir des effets radioprotecteurs, protégeant les cellules des dommages causés par les DME.


9. Brocoli:Il a été démontré que les antioxydants contenant du soufre présents dans les légumes crucifères, tels que le brocoli, le chou frisé et le chou, offrent une protection contre l'exposition aux radiations grâce à leurs propriétés détoxifiantes.


Avantages du potassium

Il ne fait aucun doute que l’iodure de potassium (KI) doit être utilisé en cas d’exposition importante aux rayonnements. Lorsqu’elle est utilisée pour contrecarrer les effets de fortes doses de rayonnement, la dose recommandée est généralement assez élevée (130 mg) et les bénéfices du KI sont de très courte durée. Cependant, des doses aussi élevées sans exposition significative aux rayonnements peuvent être nocives. Une trop grande quantité d'iode (doses supérieures à 1,000 XNUMX microgrammes par jour) peut supprimer la sécrétion d'hormones thyroïdiennes, en particulier chez les personnes souffrant d'hypothyroïdie.


Ainsi, même s’il est logique d’avoir de l’iodure de potassium sous la main en cas de catastrophe nucléaire, la prise régulière de fortes doses de ce médicament peut faire plus de mal que de bien. Si vous souhaitez prendre du KI à titre prophylactique, prenez 150 à 300 microgrammes par jour.


Bien que l’utilisation de l’iode présente de nombreux inconvénients, il existe de nombreux aliments qui protègent naturellement notre corps des radiations.


Ne manquez pas l'occasion d'exploiter la puissance de la poudre de pyrèthre par rapport à la poudre de pyréthrine et de faire passer vos produits au niveau supérieur. Une solution durable qui fonctionne.


Pour la poudre de capsaïcine en vrac, veuillez nous contacter par email : info@yanggebiotech.com



Envoyer